logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

La chirurgie esthétique ou réparatrice de réduction du volume des seins s’adresse aux femmes ayant un excès de volume du sein entraînant dans la majorité des cas des douleurs dans le dos ou le cou, des macérations dans le pli inférieur du sein ou encore une gêne sociale ou lors des activités sportives chez les patientes les plus jeunes.

Cet excès de sein est presque toujours associé à un sein qui s’est relâché sous le poids de la gravité et qui tombe (appelé en langage médical la ptose du sein).

Le but de l'intervention est double :


diminuer le volume du sein


remettre le sein à sa bonne position (lifting du sein).

Cette intervention peut être reconnue par une prise en charge par la sécurité sociale lorsque le volume retiré dans chaque sein est supérieur à 300 grammes. En fonction du volume de sein que vous souhaitez garder et  de votre taille, votre chirurgien vous indiquera si vous pouvez bénéficier de cette prise en charge. Il s’agit d’une intervention complexe et souvent longue car il faut préserver l’apport sanguin du mamelon et garder sa sensibilité. Dans le même temps, il faut bien choisir les zones où on doit enlever le sein en excès et remodeler la glande pour donner un résultat naturel et harmonieux.

Il est indiscutable que la chirurgie de réduction de la poitrine entraîne la création de longues cicatrices (cicatrices en « T » ou en ancre de marine). Mais ces cicatrices sont largement compensées par le bénéfice fonctionnel et esthétique que l’intervention apporte.

Le docteur Rémi Foissac réalise cette intervention de chirurgie de la main sur Nice à la clinique Saint-George.

Le déroulement des consultations

La première consultation

  • Elle a pour but de faire connaissance avec votre chirurgien et qu’il vous apporte toutes les réponses aux questions que vous pouvez vous poser. Il est important que lors de cette consultation une relation de confiance, un feeling naisse entre vous et votre chirurgien.
  • Lors de cette consultation, le chirurgien va relever vos antécédents, prendre des mesures cliniques sur votre sein et cerner au mieux votre demande.
  • Dès cette première consultation, un bilan sénologique comprenant une échographie et une mammographie du sein vous sera prescrit et sera à ramener lors de la 2e
  • A la fin de la consultation, le chirurgien vous remettra un devis sur le détail du prix de l’intervention. Ce devis n’est en aucun cas une obligation et n’engage en rien la patiente
  • II vous sera remis également la fiche d’informations de la société française de chirurgie plastique (SOFCPRE) que vous devrez lire attentivement.

La deuxième consultation

  • En France, cette deuxième consultation ne peut avoir lieu qu’après un délai de réflexion minimum de 15 jours, comme toute intervention de chirurgie esthétique.
  • Reprise détaillée de toute l’information sur la technique, l’intervention, les suites, les risques/complications…
  • Le chirurgien va vérifier que tout le bilan d’imagerie du sein est normal.
  • Photo pour votre dossier médical.
  • Signature de la deuxième partie du devis.
  • Programmation d’une date opératoire.

La consultation d’anesthésie

  • L’anesthésiste qui vous endormira vous verra en consultation et au besoin vous demandera des examens complémentaires avant votre intervention.

Suites post-opératoires

Le retour à la maison se fait avec le soutien-gorge médical qui maintient juste la poitrine sans la comprimer. A la maison, une douche tiède rapide est autorisée tous les jours. Le pansement posé tout de suite après l’intervention sur les points d’incisions du prélèvement et du site donneur est étanche et doit être laissé sans y toucher pendant 7 jours.

Le port d’une brassière est nécessaire le premier mois

Une consultation de contrôle à 6-7 jours est prévue durant laquelle le pansement sera refait. Une consultation à 1 mois permettra de vérifier que la phase postopératoire se déroule bien et autorisera la reprise d’une activité sportive.

Questions fréquentes

La réduction mammaire, ça fait mal ?

Chaque patiente a une tolérance à la douleur qui lui est propre. En pratique, il s’agit d’une intervention des tissus « mous » de la poitrine et ainsi il n’y a pas presque pas de douleurs du fait de l’absence de travail sur le muscle grand pectoral. Dans les suites on peut avoir plus des sensations d’inconfort du fait de la cicatrisation et du remodelage du sein.

Où sont les cicatrices ?

Il s’agit de la cicatrice dite en « T inversé » ou encore en « ancre de marine ». Cette cicatrice au départ fait très peur aux patientes mais au final :

  • la cicatrice autour du mamelon permet d’avoir une aréole de taille normale et se situe à la jonction de deux couleurs de peau : elle s’intègre donc bien sur votre poitrine,
  • La cicatrice inférieure, la plus longue, se situe dans le sillon inférieur du sein. Votre sein en prenant sa forme va cacher cette cicatrice qui sera dans le pli inférieur du sein et donc non visible,
  • La cicatrice verticale : c’est la cicatrice qui est au début la plus visible allant du sillon inférieur jusqu’ au mamelon. Cependant avec le temps, au bout d’un an ou deux, cette cicatrice ne se voit quasiment plus car elle s’intègre dans la peau du sein,

Faut-il en avoir peur de cette intervention ?

Clairement, toutes les patientes opérées se demandent pourquoi elles ne l’ont pas fait plus tôt. Les cicatrices sont certes longues mais il existe un bénéfice indéniable sur la qualité de vie qui compense le fait d’avoir des cicatrices. Encore une fois, après quelques années les cicatrices vont, si vous avez bien réalisé vos soins de cicatrisation, s’améliorer avec le temps. Il ne faut donc avoir aucune crainte vis à vis de cette intervention.

Que devient le sein que l’on m’a retiré ?

Lors de votre intervention, le sein retiré est envoyé à un médecin anatomopathologiste qui va analyser minutieusement les morceaux de sein retirés afin de rechercher une anomalie bénigne ou maligne du sein. Avant l’intervention, une mammographie est réalisée à titre systématique pour rechercher des anomalies qui nécessiteraient de réaliser une micro-biopsie.

Combien de temps pour avoir un résultat après cette intervention ?

Initialement, le sein est remonté assez haut pour permettre de le façonner à sa taille optimale. Dans les 3 mois qui suivent l’intervention, le sein va progressivement reprendre une forme naturelle. Le résultat final se voit entre le 6e et le 12e mois.

Le tabac, dois-je arrêter ?

Sachez que le tabac est l’ennemi numéro 1 du chirurgien plasticien. En effet, la nicotine entraîne la fermeture des petits vaisseaux qui apportent le sang à la peau et empêche une cicatrisation optimale. Ainsi le tabac peut entraîner l’apparition d’une désunion de cicatrice, d’un hématome voire d’une infection.

Les systèmes de vapotage, avec de la nicotine, ont le même effet que la cigarette.

Retenez de façon simple que plus votre hygiène de vie sera bonne (bon sommeil, pas de tabac, alimentation variée et équilibrée, pas d’alcoolisme excessif…) plus vous vous donnez de chances d’avoir des suites opératoires simples avec un minimum de complications.

Mes cicatrices et le soleil ?

La première année après votre intervention vous devrez protéger vos cicatrices.

Faites attention car tous les maillots de bain ou vêtements ne sont pas complétement imperméables aux UV. Les UV entraînent une coloration rouge de votre cicatrice et peuvent engendrer un emballement de la cicatrisation avec une cicatrisation dite hypertrophique.  La règle d’or est donc : écran total ou vêtements protégeant des UV sur toutes mes cicatrices.

Pourquoi certains points ne sont-ils pas résorbables ?

Chaque chirurgien a ses convictions. Certains points dits de « bâtie » doivent tenir en place pendant 3 semaines afin d’obtenir un résultat optimal. C’est pour cette raison que les points autour du mamelon et celui au centre du T ne sont retirés qu’à 3 semaines après l’intervention. En effet, les points dits résorbables peuvent disparaître durant les 15 premiers jours et ainsi ne plus jouer leur rôle de tenue de la peau.

La sensibilité du mamelon est elle modifiée ?

La sensibilité peut rester inchangée, elle peut augmenter, mais plus souvent elle diminue au moins temporairement. Les techniques chirurgicales les plus conservatrices seraient les pédicules postérieurs, et supéro-internes.

Réduction mammaire et allaitement ?

La chirurgie de réduction mammaire entraîne une diminution de la masse glandulaire potentiellement lactante et sectionne des canaux  galactophores.

Ainsi, il peut exister une baisse du potentiel d’allaitement. Cependant, chez des femmes jeunes souhaitant allaiter par la suite, on adapte la technique chirurgicale en gardant ce qu’on appelle un pédicule postérieur.

Réduction mammaire et grossesses ?

Un délai de un an après réduction est préconisé pour des raisons de distension et de qualité des cicatrices.  Si une grossesse est envisagée au moment de la consultation, elle est conseillée avant de réaliser la chirurgie.

A quel âge se faire opérer d’une réduction mammaire ?

Chez la très jeune fille, l’indication de réduction peut être posée dès que le sein a terminé sa croissance  et qu’il présente une stabilité en volume de plus de 6 mois.  Généralement on opère vers l’âge de 17-18 ans. Chez la jeune fille, la réduction est indiquée dans les cas d’hypertrophie très importante, de gigantomastie, ou lorsque les répercussions psychologiques sont majeures.

Hypertrophie mammaire et poids

Un amaigrissement important après réduction mammaire entraîne une perte de volume du sein avec récidive de ptôse et éventuelle perte du volume du sein.

La normalisation du poids avant l’intervention est donc indispensable.

De la même façon, une prise de poids importante après la chirurgie peut entraîner la prise de poids dans les seins et donc la récidive de l’hypertrophie mammaire.

Peut-on se faire réopérer après avoir eu par le passé une réduction mammaire ?

Le vieillissement, les modifications de poids, les épisodes de la vie génitale peuvent être à l’origine d’une dégradation du résultat morphologique avec phénomène de chute du sein.  Une reprise chirurgicale est possible et se base, pour des raisons de sécurité vasculaire, sur le même type de pédicule que celui initialement utilisé.

Hypertrophie mammaire et cancer du sein

Les modifications engendrées par la chirurgie entraînent peu de difficultés diagnostiques dans le cadre du dépistage du cancer du sein. La mammographie pré-opératoire sert de référence. Un cliché postopératoire à 6 mois-1 an peut servir de référence pour la surveillance ultérieure.

L'intervention

Il s’agit pour le chirurgien d’une chirurgie longue. La patiente rentre à la clinique le matin de l’intervention, à jeun, soit à 6h30 soit à 12h30.

Une fois que vous aurez effectué la douche pré-opératoire, le chirurgien viendra dans la chambre pour réaliser les dessins préopératoires qui lui serviront à réaliser au mieux votre intervention. Vous descendrez ensuite au bloc opératoire où l’anesthésiste et les infirmières de bloc opératoire s’occuperont de vous.

L’intervention dure entre 1h45 et 2h30.

La chirurgie de réduction du sein ne se résume pas à enlever du sein en trop et à fermer la peau. En effet, l’enjeu de cette intervention est de préserver votre mamelon, mais aussi dans le même temps nous réalisons un véritable lifting du sein. Ainsi les dessins préopératoires sont particulièrement importants dans cette intervention. Les endroits de retrait du sein en trop doivent être maîtrisés afin de donner un résultat esthétique optimal, et la technique doit permettre de pouvoir conserver votre aréole.

En fin d’intervention, le chirurgien vous assoit sur la table opératoire afin de juger de la symétrie et du volume de votre poitrine. Un pansement compressif est mis en place sur les seins. Le réveil se fait en douceur et vous reprenez conscience dans votre chambre.

L’intervention peut être réalisée en ambulatoire (sortie le jour même) ou après une nuit d’hospitalisation. Dans tous les cas, le chirurgien passe vous voir en fin de journée et le lendemain matin pour contrôler que tout va bien, vous informer sur l’intervention et les consignes de sortie et vérifier que le traitement antalgique et les produits de pansements vous ont été prescrits.

A la sortie, le contenseur mammaire est posé par le chirurgien afin de bien positionner votre poitrine durant la phase de cicatrisation.