logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

Le rajeunissement de notre visage est une préoccupation majeure.  On entend par visage le rajeunissement de la tête et du cou.  Le visage est le reflet social de ce que nous renvoyons aux autres : visage vieillit, visage fatigué, visage triste…

Avant ce rajeunissement  du visage était systématiquement associé à des procédures chirurgicales et nécessitait donc des interventions.

L’apparition de produits de médecine esthétique permet maintenant lors de la consultation de corriger des rides et des pertes de volume de notre visage par des injections d’acide hyaluronique ou de toxine botulique encore appelé en langage courant Botox.

On peut établir une troisième catégorie dans la médecine esthétique avec les fils tenseurs et les peelings doux : qui viennent en complément des injections pour améliorer le rendu final.

Les injections constitue un véritable acte médical et ne doivent pas être pris à la légère. Ces injections doivent être réalisés par des médecins qualifiés connaissant l’anatomie de la face et sachant prendre en charge les éventuelles complications.

Personnellement, je me suis beaucoup intéressé à l’anatomie des vaisseaux de la face et à la sécurité des produits d’injections sur la face. J’ai récemment publié dans le plus grand journal international de chirurgie plastique (Plastic and reconstructive surgery journal) une étude traitant de la prise en charge des complications suite à ces injections.

Lorsque ces injections sont réalisées par des médecins compétents qui ont analysés vos antécédents et connaissent la technique d’injection adaptée, ces injections peuvent être réalisés avec peu de risques de complications.

Le Docteur Foissac détient le Diplôme Universitaire de la Faculté de Médecine de Nice sur les injections de toxine et de produits de comblements sur le visage.

Les injections chez l’homme sont tout à fait possibles et de plus en plus réalisées. Elles permettent souvent de corriger certains signes du vieillissement sans que les personnes de l’entourage ne suspectent quelque chose.

Les injections réalisées à visée esthétique ne peuvent pas faire l’objet d’une prise en charge par la sécurité sociale.

pexels-photo-108077


Le docteur Rémi Foissac effectue ces gestes de médecine esthétique à la clinique Saint-George à Nice.

L’acide Hyaluronique

L’injection d’acide hyaluronique fait partie d’une technique dite douce de médecine esthétique car non chirurgicale et réalisable en consultation.

Elle vise à lutter contre les effets du vieillissement en restaurant du volume sur des zones qui en ont perdu ou en effaçant des rides en comblant la dépression qu’elles créent. Les produits disponibles sur le marché ont l’avantage d’être pur et complétement résorbables donc sans risque de créer des réactions à corps étrangers sur votre visage. Les images de patientes présentant des « boules » dans la joue ou dans les lèvres correspondaient à des injections avec des produits anciens non complétement biodégradable à l’origine de ces déformations et qui ne sont plus commercialisés maintenant.

Où peut-on réaliser ces injections ?

dans les lèvres pour redonner du volume, de l’hydratation et du galbe aux lèvres

dans la partie supérieure de la lèvre pour effacer les ridules verticales souvent en rapport avec le tabac et l’exposition chronique au soleil

dans les sillons naso-génien : pour effacer l’aspect lourd et triste des joues


dans le cerne : diminuer cette teinte foncé qui donne un air fatigué

dans la pommette : pour redonner le volume signe de jeunesse et de santé

dans les rides superficielles, fréquemment la ride dite du lion pour diminuer l’air sévère que l’on peut parfois donner

dans les tempes : pour combler leur aspect creusé et squelettisant le visage

dans le front : pour effacer les dépressions au dessus du sourcil et redonner la convexité naturelle du front.


rides autour de la lèvre
dites rides d’amertume donnant un air triste


le comblement de fossettes
(menton, joues…)

L’acide hyaluronique, c’est quoi ?

IMG_7323

L’acide Hyaluronique est un constituant naturel de notre peau. Il s’agit d’une molécule qui a un rôle structural pour la peau, en permettant d’éviter l’affaissement de la peau, et en hydratant celle ci en fixant des molécules d’eau. Elle va donc permettre en fonction de la profondeur ou elle est injectée de redonner du volume et de casser la ride.

Comment les injections sont-elles réalisées ?

A l’aide d’une canule : elle l’avantage de permettre de traiter toute une zone avec un seul point d’injection et de répartir de façon homogène l’acide hyaluronique.

A l’aide d’une aiguille : elle est nécessaire sur certaines zones car elle permet une injection plus précise.

La toxine botulique

La toxine botulique est une toxine fabriquée à partir de la bactérie Clostridium Botulinium. C’est la toxine botulinique de type A qui est utilisée à visée thérapeutique et esthétique.

Il faut savoir que l’utilisation de la toxine botulique n’est pas récente. Son utilisation à visée médicale  remonte à plus de 25 ans, notamment en neurologie (traitement des séquelles de paralysie faciale, contracture, spasme facial)… et en ophtalmologie. Le terme « Botox » utilisé de façon courante par les patientes pour désigner la toxine est en fait inexacte. Le « Botox » est la formule thérapeutique de la toxine du laboratoire Allergan. D’ailleurs le nom de la toxine utilisé à visée esthétique en France est le Vistabel. Ainsi le « botox » est un nom de marque de produit et d’autres laboratoires fournissent également de la toxine botulique (Galderma, Maerz…).

La toxine botulique fonctionne en entrainant un blocage du muscle à proximité de laquelle elle est injectée : en stoppant la libération d’acétylcholine une molécule permettant le passage d’information entre le nerf et le muscle. Lorsque le muscle ne se contracte pas il empêche alors la formation des rides dites d’expression. Ces rides d’expression sont du au fait qu’il existe un rapport très étroit entre le muscle et la peau. Ainsi quand le muscle se contracte il plisse avec lui la peau qui est proche de lui.

Il est important de signaler que la toxine n’endommage ni le muscle ni le nerf, L’action de la toxine est totalement réversible car celle-ci est éliminée progressivement par notre organisme.  (1 à 6 mois en fonction des patientes)

Passée cette période il faudra renouveler l’injection si l’on veut obtenir le même résultat. Il faut savoir également que la multiplication des injections entraîne :

Un délai d’installation de la toxine plus court (installation de l’effet passant de 15 jours vers les 7 jours)

Une meilleure sensibilité de notre muscle à la toxine permettant de diminuer les doses pour obtenir le même effet.

Il est à signaler qu’il existe une très rare proportion de patientes résistantes à la toxine chez qui l’effet est modeste mais surtout très court.

La toxine et la douleur

La toxine botulique est une poudre préparée avec du sérum injectable. Ainsi sa consistance liquide permet d’utiliser des aiguilles très fines. La piqûre est peu douloureuse mais la répétition des points d’injection peut être désagréable. L’usage d’une crème anesthésiante est préférable chez les patientes sensibles. Votre chirurgien vous prescrira cette crème et vous demandera de la poser sur les zones traitées plusieurs minutes avant l’injection.

La toxine et les effets secondaires

Les effets secondaires peuvent se traduire par de petits hématomes, qui sont rares, car l’aiguille est fine. Ce traitement peut également entraîner, chez les patients migraineux, des maux de tête initialement en raison de l’irritation du nerf V1.

La complication exceptionnelle est le ptosis, c’est-à-dire la chute de la paupière supérieure qui entraîne une fermeture partielle de l’oeil. Elle est dans la majorité des cas du à un patient qui n’est pas rester au calme dans les heures qui suivent l’injection et qui à donc provoquer la diffusion de la toxine en bougeant trop les autres muscles de la face. Cette complication est transitoire et réversible après 3 à 4 semaines.

Parfois la toxine peut donner des petits oedèmes persistants sur les points d’injection.

Où peut-on réaliser ces injections ?

Les rides présentent sur la partie haute du nez encore appelée Bunny lines ou rides du lapin.

Les rides de la patte d’oie qui apparaissent sous l’action du muscle orbiculaire des yeux. Ce sont ces rides sur le coté des yeux qui sont marquées lors du sourire.

Les rides du lion : ce sont les rides situées entre les yeux qui apparaissant sous l’action des muscles corrugator et procerus

La chute de la queue du sourcil. La queue du sourcil peut être attirée vers les bas sous l’action du muscle orbiculaire des yeux. La paralysie sélective et en petite quantité d’une partie du muscle peut remonter discrètement le sourcil et ouvrir le regard.

Le pli d’amertume  peut être atténué en injectant précisément dans le muscle dépresseur de l’angle de la bouche.

Les rides atour de la bouche du à la contraction du muscle orbiculaire des lèvres à l’origine des rides dites « du code barre » ou « plissé de soleil » souvent présent chez les patientes tabagiques et s’exposant au soleil

Les rides de la joue : certaines personnes peuvent lorsqu’elles sourient avoir des rides verticales au milieu de la joue du au muscle risorius

Les rides du cou : lorsqu’ils se relâchent ils donnent des cordes ou fanons musculaires visible du au muscle peaucier du cou ou platysma.

Questions fréquentes

A quel âge commencer les injections ?

Il n’y a pas d’âge pour commencer à faire des injections. En effet certaines patientes du fait de leur métier (mannequins par exemple) commencent les injections très tôt pour éviter l’apparition du vieillissement.

Des femmes jeunes ayant une anatomie des lèvres peu développées peuvent demander tôt des injections dans les lèvres afin de les repulper.

Aussi nous ne sommes pas tous égaux en terme de force de contraction du muscle ou de qualité de peau et des personnes jeunes peuvent présenter sur leur visage des complexes que les injections peuvent corriger.

Une première consultation avec votre chirurgien vous permettra de savoir ce qu’il est possible de faire.

Quels résultats attendre des injections ?

Les résultats sont généralement très bons et la satisfaction des patientes également. Le traitement combinés acide hyaluronique-toxine botulique-peeling permet de donner les meilleurs résultats en traitant toutes les zones du visage. Cependant, les injections sur le visage constituent un budget. Souvent le chirurgien vous aiguillera sur qu’est ce qui est réalisable avec votre budget. D’après un sondage, un patient fumeur a un budget annuel entre 1000 et 1800 euros pour le tabac, pourquoi ne pas convertir ce budget pour prendre soin de soi en bénéficiant de procédures de médecine esthétique ?

Comment se déroulent les consultations ?

1er consultation : relève des antécédents, examen du visage du patient, écoute des attentes du patient,  projet personnalisé adapté au visage du patient.

Etablissement d’un devis détaillé

2e consultation : mise en place de la crème anesthésiante, confirmation du projet avec le patient, signature de la deuxième partie du devis,  signature du  consentement dit « éclairé » dans lequel le patient reconnaît avoir été informé des risques liés à cette technique.  Réalisation de l’acte d’injection. Explication des consignes post-injection

3e consultation : non obligatoire. Permet de retoucher une zone si l’effet de la toxine est asymétrique ou de rajouter de l’acide si une zone n’est pas suffisamment comblée.

Quelles précautions prendre avec les injections ?

Il convient d’éviter les anticoagulants, les anti-inflammatoires, l’aspirine, dans les jours qui précèdent le traitement afin d’éviter l’apparition d’hématomes. Juste après les injections de toxine botulinique, et pour éviter que le produit ne diffuse au-delà de la zone injectée, il est important dans les heures qui suivent de rester au calme sans mobiliser de façon excessive les muscles des zones injectées.

Votre chirurgien vous fera remplir en salle d’attente une fiche recherchant les pathologies ou antécédents contre-indiquant les injections.

Que dois-je faire après m’être fait injecter sur le visage?

Il est toujours bien après une injection de mettre du froid sur les zones injectées pour éviter les hématomes et diminuer l’œdème.

Pour la toxine botulique : les 6 heures suivant l’injection :ne pas faire de sport, ne pas faire des mouvements répétés de la tête ou s’allonger, ne surtout pas masser les zones injectées.

Pour l’acide hyaluronique : massage des zones injectées 1x/j le soir pendant 2 à 3 jours à l’aide d’une crème hydratante afin de bien harmoniser le produit déposé lors de l’injection. Votre chirurgien vous expliquera comment procéder.

Eviter le soleil pour les 12 premières heures après l’injection

Bain et douche autorisés de suite après l’injection.

Peut-on réaliser des injections dans les parties intimes?

Il est tout à fait possible de réaliser des injections dans les grandes lèvres afin de leur redonner volume et hydratation. Le principe est le même que sur le visage.

Rapprochez vous de votre chirurgien pour plus d’informations.

 

 

 

Pour terminer je vous propose un tableau récapitulatif pour mieux comprendre les différences entre l’acide hyaluronique et la toxine botulique

Tableau comparatif

Pour terminer, je vous propose un tableau récapitulatif pour mieux comprendre les différences entre l’acide hyaluronique et la toxine botulique. (cliquer dessus pour la version grand format)

Tableau complet injections du visage part1
Tableau complet injections du visage part2