logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

La gynécomastie est une maladie touchant l’homme. Elle correspond au développement anormal de la glande mammaire entraînant l’apparition d’un sein chez l’homme.

L’homme possède de façon naturelle une toute petite glande mammaire mais qui ne se voit pas sur son thorax. C’est le développement anormal de cette petite glande qui va entraîner l’apparition d’une gynécomastie.

Cette anomalie est gênante car elle donne un aspect féminin au thorax de l’homme et complexe énormément les hommes touchés. L’atteinte peut toucher un ou les deux seins de l’homme et parfois, quand l’atteinte touche les deux seins, il peut exister une asymétrie.

La gynécomastie est à différencier de l’adipomastie, qui correspond, elle, à un remplissage du sein uniquement par de la graisse sans développement de la glande mammaire.

Cependant, il existe souvent une association entre gynécomastie (développement anormal de la glande mammaire) et excès graisseux dans le sein.

La gynécomastie peut avoir plusieurs causes et la première étape de la consultation sera de vous donner un bilan à réaliser et de vous orienter vers un endocrinologue.

Les causes


les tumeurs du testicule ou des surrénales,



certaines tumeurs cérébrales,



certaines prises de médicaments,

Si tout le bilan de la cause de la gynécomastie est négatif, on parlera alors de gynécomastie idiopathique, de loin la plus fréquente, et un traitement pourra alors vous être proposé.


cirrhose hépatique,



prise d’hormones,



troubles endocriniens…

La gynécomastie primitive ou idiopathique est une pathologie bénigne et c’est ce type de gynécomastie que nous pouvons traiter chirurgicalement.

Dans le cadre d’une gynécomastie secondaire : le traitement est celui de la cause initiale et permet alors de faire régresser la gynécomastie.

Le diagnostic de gynécomastie est clinique et radiologique : la mammographie et l’échographie du sein doivent conclure à la présence d’une gynécomastie.

Si la gynécomastie est prouvée radiologiquement et signifiée par un courrier de l’endocrinologue, cette intervention peut faire l’objet d’une prise en charge par la sécurité sociale.

C’est au cours de la consultation que votre chirurgien pourra vous orienter vers le type de traitement qui vous est le plus adapté.

Le docteur Rémi Foissac réalise cette intervention de chirurgie réparatrice et esthétique  sur Nice à la clinique Saint-George

Le traitement chirurgical dépend du stade, c’est à dire de la sévérité. On pourra avoir recours à :


La lipoaspiration



L’abord autour du mamelon pour retirer la glande en excès


L’abord autour du mamelon et autour du sein pour retirer la glande et la peau se trouvant en excès.


Souvent on combine lipoaspiration et abord de la glande.

Déroulement des consultations

La première consultation

  • Elle a pour but de faire connaissance avec votre chirurgien et qu’il vous apporte toutes les réponses aux questions que vous pouvez vous poser. Il est important que lors de cette consultation une relation de confiance, un feeling naisse entre vous et votre chirurgien.
  • Lors de cette consultation, le chirurgien va relever vos antécédents, prendre des mesures cliniques et examiner votre sein.
  • Dès cette première consultation, un bilan biologique et sénologique comprenant une échographie et une mammographie du sein vous sera prescrit ainsi qu’un bilan biologique. Ce bilan a pour but de rechercher la cause de la gynécomastie. Généralement votre chirurgien vous adresse vers un endocrinologue pour qu’il vérifie le bilan.
  • Des photos seront réalisées pour votre dossier médical
  • II vous sera remis également la fiche d’informations de la société française de chirurgie plastique (SOFCPRE) que vous devrez lire attentivement.

La seconde consultation

  • Une fois le bilan effectué, si on retrouve une gynécomastie idiopathique confirmée par le bilan radiologique
  • Reprise détaillée de toute l’information sur la technique, l’intervention, les suites, les risques/complications…
  • Le chirurgien va vérifier que tout le bilan est normal. Cet élément est indispensable pour pouvoir bénéficier de cette chirurgie, la gynécomastie doit être idiopathique
  • Information sur la technique opératoire et sur l’intervention, ses risques et ses suites
  • Demande de réalisation d’une entente préalable
  • Ordonnance pour achat du vêtement compressif
  • Programmation d’une date opératoire
  • En cas d’intervention prise en charge par la sécurité sociale, une feuille de dépassement d’honoraires vous sera remise et une prise en charge de ce dépassement est possible en fonction de votre mutuelle

Les suites de l'opération

Le retour à la maison se fait avec le vêtement compressif médical.

A la maison, une douche tiède rapide est autorisée tous les jours.

Le pansement posé tout de suite après l’intervention est étanche et doit être laissé sans y toucher pendant 7 jours.

Le vêtement compressif médical est à porter en permanence pendant 1 mois sauf pendant la douche ou le temps de le laver.

Une consultation de contrôle à 6-7 jours est prévue pendant laquelle le pansement sera refait.

Une consultation à 1 mois permettra de vérifier que tout se passe bien et autorisera la reprise d’une activité sportive.

Questions fréquentes

L’intervention est-elle douloureuse ?

C’est une intervention des tissus mous, elle est donc peu douloureuse. Une gêne à l’élévation du bras et des bleus, initialement,  peuvent être désagréables.

La gynécomastie peut-elle revenir ?

Si il s’agit d’une gynécomastie idiopathique et qu’elle a été complétement enlevée, elle ne revient pas. Attention aux personnes qui ont tendance à prendre du poids après l’intervention et qui présentent par la suite une adipomastie qui n’est pas une récidive mais un sein qui s’est rempli de graisse à cause d’un surpoids.

Combien de temps avant d’avoir un résultat définitif ?

On considère que l’œdème après l’intervention persiste dans les 3 mois qui suivent. Ainsi le premier résultat est visible à 3 mois ; pour un résultat définitif il faut attendre le 6° mois. Les soins de cicatrice et massages sont importants pour optimiser le résultat final.

Puis-je avoir un arrêt de travail ?

Si votre intervention fait l’objet d’une prise en charge par la sécurité sociale, un arrêt de travail de 10 à 15 jours vous sera prescrit.

L'intervention

L’intervention peut être réalisée en ambulatoire (sortie le jour même) ou après une nuit d’hospitalisation. Le patient rentre à la clinique le matin de l’intervention, à jeun, soit à 6h30 soit à 12h30. Après avoir fait la douche pré-opératoire, le chirurgien viendra dans la chambre pour réaliser les dessins préopératoires qui lui serviront à réaliser au mieux votre intervention.

Vous descendrez ensuite au bloc opératoire où l’anesthésiste et les infirmières de bloc opératoire s’occuperont de vous. L’intervention  peut durer de 45 à 90 minutes et se déroule sous anesthésie générale.

En cas d’adipomastie ou de gynécomastie de petite taille :

 Lipoaspiration seule

En cas de gynécomastie avec excès graisseux et noyaux de gynécomastie :

 Lipoaspiration première puis abord autour de l’aréole pour retirer la glande mammaire. Mise en place d’un drain de redon.

Si il s’y ajoute un relâchement de la peau :

Réalisation d’un abord sous le sein en plus pour retendre la peau.

En fin d’intervention le chirurgien vous assoit sur la table opératoire afin de juger de la symétrie. Un pansement compressif est mis en place sur le thorax. Le réveil se fait en douceur et vous reprenez conscience dans votre chambre.

Dans tous les cas le chirurgien passe vous voir en fin de journée et le lendemain matin pour contrôler que tout va bien, vous informer sur l’intervention et les consignes de sortie et vérifier que le traitement antalgique et les produits de pansements vous ont été prescrits. A la sortie, un vêtement compressif est posé par le chirurgien afin de bien comprimer votre thorax durant la phase de cicatrisation.