logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

La chirurgie de changement de prothèses mammaires consiste à retirer les implants mammaires en place et à les remplacer par de nouveaux implants.

Il peut concerner un seul implant (rupture unilatéral de prothèses, coque…) ou les deux implants mammaires.

Les raisons du changement peuvent être les suivantes :


usure des prothèses avec possible présence de vagues

 


rupture d’une ou des deux prothèses

 


apparition d’une coque avec douleurs du sein

 


souhait de changer de volume des prothèses

 

visibilité de la prothèse nécessitant de changer de plan ou de réaliser une augmentation composite.

 

Dans tous les cas la première étape consistera à savoir si les prothèses actuellement présentes sont bien positionnées et bien recouvertes (non visibles) ou si il faudra changer de plan de pose et de type de prothèses.

Il est important, lorsque vous vous présentez en consultation, d’apporter  votre carte de prothèse précisant le type et la taille de vos prothèses ainsi que le compte rendu opératoire initial qui précise la technique utilisée.

L’intervention consistera à retirer les anciens implants, à retirer l’éventuelle coque, et à la mise en place de nouveaux implants dont la taille correspondra à votre demande.

Le retrait seul des implants mammaires peut être pris en charge s’il existe une fuite de silicone par la prothèse et après accord par le médecin conseil de la sécurité sociale.

Le changement d’implant, lui, ne peut être pris en charge que si vos prothèses avaient été posées initialement à visée réparatrice et s’il existe des conditions spécifiques précisées par la sécurité sociale.

La plupart du temps, le changement s’effectue chez des patientes qui ont des prothèses depuis une dizaine d’années et qui, lors d’un bilan de routine, ont découvert une rupture intra-capsulaire de prothèses. (Mammographie, IRM)

Le déroulement des consultations

La première consultation

  • Elle a pour but de faire connaissance avec votre chirurgien et qu’il vous apporte toutes les réponses aux questions que vous pouvez vous poser. Il est important que lors de cette consultation une relation de confiance, un feeling naisse entre vous et votre chirurgien.
  • Lors de cette consultation, le chirurgien va relever vos antécédents, prendre des mesures cliniques sur votre sein et cerner au mieux votre demande.
  • Dès cette première consultation, un bilan sénologique comprenant une échographie et une mammographie du sein vous sera prescrit et sera à ramener lors de la 2e
  • A la fin de la consultation, le chirurgien vous remettra un devis sur le détail du prix de l’intervention. Ce devis n’est en aucun cas une obligation et n’engage en rien la patiente
  • II vous sera remis également la fiche d’informations de la société française de chirurgie plastique (SOFCPRE) que vous devrez lire attentivement.

La deuxième consultation

  • En France, cette deuxième consultation ne peut avoir lieu qu’après un délai de réflexion minimum de 15 jours, comme toute intervention de chirurgie esthétique.
  • Reprise détaillée de toute l’information sur la technique, l’intervention, les suites, les risques/complications…
  • Le chirurgien va vérifier que tout le bilan d’imagerie du sein est normal.
  • Photo pour votre dossier médical.
  • Signature de la deuxième partie du devis.
  • Programmation d’une date opératoire.

La consultation d’anesthésie

  • L’anesthésiste qui vous endormira vous verra en consultation et au besoin vous demandera des examens complémentaires avant votre intervention.

Suites post-opératoires

Le retour à la maison se fait avec le soutien-gorge médical.

A la maison, une douche tiède rapide est autorisée tous les jours.

Le pansement posé tout de suite après l’intervention est étanche et doit être laissé sans y toucher pendant 7 jours.

Le soutien-gorge médical est à porter en permanence pendant 1 mois sauf pendant la douche ou le temps de laver votre soutien-gorge. Le port du soutien-gorge pendant 1 mois supplémentaire permet d’optimiser le résultat.

Une consultation de contrôle à 6-7 jours est prévue pendant laquelle le pansement sera refait.

Une consultation à 1 mois permettra de vérifier que tout se passe bien et autorisera la reprise d’une activité sportive. Certains points de suture pourront être enlevés lors de cette consultation.

Le docteur Rémi Foissac réalise cette intervention de chirurgie esthétique et réparatrice sur Nice à la clinique Saint-George

L'intervention

Elle se déroule sous anesthésie générale, soit en chirurgie ambulatoire, soit en chirurgie conventionnelle avec une nuit d’hospitalisation.

La patiente rentre à la clinique le matin de l’intervention, à jeun, soit à 6h30 soit à 12h30.

Lorsque vous aurez effectué la douche pré-opératoire, le chirurgien viendra dans la chambre pour réaliser les dessins préopératoires qui lui serviront à réaliser au mieux votre intervention.

Vous descendrez ensuite au bloc opératoire où l’anesthésiste et les infirmières de bloc opératoire s’occuperont de vous.

L’intervention dure entre 1h15et 2h00.

Le tissu graisseux est prélevé comme lors d’un acte de liposuccion, c’est à dire qu’une ou plusieurs incisions de quelques millimètres sont effectuées pour permettre d’introduire une canule et de prélever les cellules graisseuses par aspiration. Généralement la culotte de cheval, les hanches, le ventre les cuisses et les genoux sont les sites donneurs de tissu gras les plus fréquents.

Le gras est récupéré dans un bocal de façon stérile. Ce gras est par la suite capacité, c’est à dire que l’on retire le sang, l’huile et le produit d’infiltration afin d’obtenir une greffe la plus pure possible.

La réinjection dans le sein se fait par de multiples petites incisions de quelques millimètres autour du sein. Ces petites incisions ne laissent pas de cicatrices visibles au vu de leur taille.

Généralement on met en place un implant temporaire dit sizer et on effectue alors la réinjection de gras associée. En effet, il existe un risque d’endommager la prothèse lors du geste de lipofilling, on utilise donc une prothèse temporaire le temps du geste. Une fois la réinjection de gras terminée, on place l’implant définitif de même taille que le sizer.

En fin d’intervention, le chirurgien vous assoit sur la table opératoire afin de juger de la symétrie de votre poitrine.

Un pansement semi-compressif est mis en place sur les seins.

Le réveil se fait en douceur et vous reprenez conscience dans votre chambre.

L’intervention peut être réalisée en ambulatoire (sortie le jour même) ou après une nuit d’hospitalisation. Dans tous les cas, le chirurgien passe vous voir en fin de journée et le lendemain matin pour contrôler que tout va bien, vous informer sur l’intervention et les consignes de sortie et vérifier que le traitement antalgique et les produits de pansements vous ont été prescrits.

A la sortie, le soutien-gorge mammaire est posé par le chirurgien afin de bien positionner votre poitrine durant la phase de cicatrisation.

Questions fréquentes

Peut-on rajouter du tissu graisseux dans le même temps que le changement ?

Oui cela est possible et va concerner plus particulièrement les patientes ayant une peau fine. On peut alors remplir de gras cette peau notamment en inférieur et en interne du sein afin d’éviter que la prothèse soit trop proche de la peau.

Quelle est la différence entre une rupture intra et extra-capsulaire ?

Lors de la pose d’un implant mammaire, il existe une réaction naturelle de votre corps : il s’agit de la création de la capsule qui correspond à une fine et souple membrane qui se met autour de votre prothèse. Cette membrane correspond à une réaction normale à la présence d’un corps étranger (la prothèse).

Lorsqu’il existe une rupture de votre prothèse intra-capsulaire , le silicone présent dans la prothèse sort et se retrouve dans la capsule et donc isolé du reste du sein. Il n’y a donc pas de risque que ce silicone migre dans votre sein ou dans les ganglions de votre aisselle.

Lorsqu’il existe une rupture extra-capsulaire, le silicone qui s’est échappé de la prothèse est également sorti de la capsule qui est déchirée. Le silicone peut migrer dans le sein et dans les ganglions de l’aisselle, d’autant plus que le gel de la prothèse n’est pas cohésif.

Existe t-il un risque pour ma santé si ma prothèse présente une rupture ?

Les ruptures intra-capsulaires ne présentent pas de risque mais nécessitent d’envisager sans urgence un changement des implants mammaires.

Les ruptures extra-capsulaires nécessitent un changement rapide de l’implant car le sillicone de la prothèse peut migrer dans le sein à l’origine de douleurs, de tuméfactions (« boules » de silicone ou siliconome) dans le sein ou dans les ganglions de l’aisselle. Parfois ces siliconomes peuvent même se retrouver proche de la peau et se fistuliser à la peau (sortir à travers votre peau).

Peut-on changer de type de prothèses mammaires ?

Il est possible de changer de type prothèses, c’est à dire de passer d’une prothèse anatomique à une prothèse ronde et vice versa. On peut également changer de texture en passant à du polyuréthane par exemple.

L’intervention est elle douloureuse ?

Si on se contente de simplement changer l’implant en gardant le même volume et le même plan, il n’existe pas de douleurs associées.  Les douleurs sont souvent présentes dans les cas complexes où il existe une coque, une fuite de silicone ou la nécessité de passer par une loge sous le muscle.