logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

Les carcinomes baso-cellulaires et carcinomes épidermoïdes sont de véritables cancers de la peau.

Cependant une prise en charge adaptée permet de guérir ces cancers lorsque la tumeur est enlevée en totalité et n’a pas migrée à un autre endroit que la peau.

C’est souvent votre dermatologue ou votre médecin traitant qui en fait le diagnostic : « bouton sur le visage qui ne part pas », « plaie qui ne cicatrice pas ».

Ces tumeurs peuvent :


récidiver,


présenter de multiples localisations,


apparaître à de nouveaux endroits.

Le soleil est la cause principale de leur apparition.

La chirurgie plastique traite particulièrement des possibilités de reconstruction après retrait d’un carcinome de la peau.

Le docteur Rémi Foissac réalise cette intervention de chirurgie réparatrice sur Nice à la clinique Saint-George

Carcinomes

La notion de marge de sécurité

Lorsque vous regardez une tumeur de votre peau, vous voyez en quelque sorte la partie visible de l’iceberg. En effet il faut que vous imaginiez que ces tumeurs peuvent aller plus loin sous la peau (partie submergée de l’iceberg) aussi bien dans la profondeur que sur les côtés.

Il faut donc prendre des marges de sécurité tout autour de la partie visible de la tumeur afin d’être sûr d’enlever en totalité la tumeur et ainsi d’éviter de laisser une partie de la tumeur et d’entraîner ensuite une récidive.

Tableau Complet Carcinome part1 bd
Tableau complet Carcinome part2bd

Suites post-opératoires

C’est souvent votre dermatologue qui vous dirige vers le chirurgien plasticien. La consultation a pour but d’examiner la tumeur, de préciser son type,  d’examiner les ganglions lymphatiques.

Une biopsie de la tumeur est réalisée sauf si le diagnostic est évident ou si votre dermatologue l’a déjà réalisée auparavant. En fonction, une échographie peut-être prescrite si l’on suspecte un carcinome épidermoïde.

Durant la consultation, une information complète sur la chirurgie : type d’exérèse, risques, suites… et sur la réparation la plus adéquate vous sera donnée. En fonction de votre prise en charge, une feuille de dépassement d’honoraires (qui en fonction de votre mutuelle pourra être pris en charge de façon partielle ou totale) vous sera donnée.

Suites post-opératoires

Une infirmière refera le pansement et retirera les points de suture si nécessaire.

En fonction de la localisation, des points de suture non résorbables pourront être à retirer.

Un rendez-vous de consultation de contrôle avec votre chirurgien permettra de vérifier le bon déroulement de la cicatrisation et de vérifier les résultats définitifs de l’anatomopathologie.

Par la suite, des soins de cicatrice avec des crèmes spécifiques vous seront prescrits pour faire en sorte que la cicatrice soit fine et belle.

Une surveillance biannuelle par votre dermatologue est indispensable pour vérifier l’absence d’apparition d’autres carcinomes.

L'intervention

Elle se fait au bloc opératoire.

L’intervention est faite en ambulatoire sous anesthésie locorégionale (l’anesthésiste endort la zone sur laquelle le chirurgien travaille).

Le retrait d’un carcinome se fait en prenant des marges de sécurité qui laissent souvent une plaie plus importante et qui nécessite une reconstruction du domaine de la chirurgie plastique. 

La tumeur enlevée est envoyée en analyse anatomopathologique extemporanée : un médecin anatomopathologiste examine en direct la pièce opératoire pour vérifier que toute la tumeur a été enlevée avec des marges suffisantes de sécurité.

Le deuxième temps consiste en une reconstruction :


Lambeau 
: prendre de la peau saine en excès à un endroit pour l’amener avec son apport en sang sur la zone opérée.

Greffe de peau : prendre de la peau dans une zone donneuse pour la greffer sur la zone qui manque de peau.


Parfois cicatrisation spontanée dirigée.

 

Une fermeture soigneuse en plusieurs plans cachés dans un pli naturel est la règle.

Un pansement est posé sur la plaie opératoire en fin d’intervention.