logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

Le syndrome du canal carpien correspond à la compression d’un nerf qui passe au milieu du poignet et de la paume de votre main : le nerf médian.

Le nerf médian assure la sensibilité au niveau de vos trois premiers doigts : pouce, index et majeur. Il permet également d’assurer une partie de la mobilité de votre pouce. Lorsqu’un nerf souffre il vous le fait savoir au début en donnant des fourmillement dans la zone que le nerf innerve.

Le canal carpien est un tunnel inextensible limité par les os du carpe en arrière et un épais ligament en avant (ligament rétinaculaire des fléchisseurs).

Le nerf médian passe dans ce canal inextensible, accompagné par des tendons qui permettent la flexion des doigts.

Le syndrome du canal carpien est fréquent dans l’ensemble de la population.  Les travailleurs de force ou les personnes ayant une activité manuelle répétitive sont les plus souvent touchés par cette affection. Enfin, certaines maladies qui augmentent l’épaisseur des tendons fléchisseurs peuvent entrainer l’apparition du syndrome.

Le docteur Rémi Foissac réalise cette intervention de chirurgie de la main sur Nice à la clinique Saint-George

Quels sont les signes de la maladie ?

La compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien se traduit par des fourmillements, un engourdissement et parfois des douleurs du pouce, de l’index et du majeur. On retrouve fréquemment des douleurs et un inconfort qui peut s’étendre à toute la main, à l’avant bras et au bras. Le plus souvent, ces signes apparaissent la nuit ou le matin, vous réveillant.

Fréquemment les patients secouent la main où pose la main par terre sur le carrelage froid pour diminuer l’inconfort.

Le syndrome est le plus souvent bilatéral, c’est à dire que les deux mains sont atteintes.

Il s’agit d’une maladie gênante car elle réveille le patient la nuit à plusieurs reprises et entraine souvent une fatigue chronique pendant la journée.

Pourquoi mon nerf souffre-t-il ?

Le syndrome du canal carpien est en fait un conflit anatomique. Le nerf médian passe à un endroit ou les tissus autour sont inextensibles. De ce fait quand des éléments s’épaississent dans le canal ou quand ce canal se rétrécie il existe un problème contenu-contenant. La pression qui s’exerce contre le nerf devient trop importante car au niveau de la paume dans le tunnel appelé le canal carpien.

Il faut savoir que le nerf souffre souvent depuis plusieurs années avant que le malade vienne consulter.

L’ouverture du ligament et donc de ce canal carpien permet de restaurer une pression normale et arrête la compression chronique que subit le nerf.

Quels examens réaliser ?

En pratique, le diagnostic du syndrome du canal carpien se fait lors de l’examen clinique par le chirurgien.

Cependant l’électromyogramme est très fréquemment prescrit car il permet d’objectiver l’existence du syndrome dans les cas difficiles mais aussi car il permet d’apprécier la sévérité de la compression du nerf et de rechercher d’autres atteintes nerveuses notamment au niveau de la sortie des nerfs de la moelle épinière au niveau du cou.

L'intervention

Elle est réalisée en ambulatoire sous anesthésie locorégionale (on endort sélectivement les nerfs du bras du côté du canal carpien)

Une incision de quelques centimètres permet d’ouvrir le ligament antérieur sur toute sa longueur. Le nerf est ainsi libéré. Le chirurgien peut également retirer un tissu appelé la synoviale (tissu autour des tendons) pour permettre au nerf d’être bien libre et de retrouver sa place dans le poignet.

Deux techniques chirurgicales sont possibles :


La chirurgie à ciel ouvert


La chirurgie du canal carpien sous endoscopie

Il faut savoir qu’à 3 semaines il n’existe aucune différence en terme de douleur et d’efficacité entre les deux techniques. Votre chirurgien vous aiguillera sur le choix de la technique la plus adapté.

Quelles sont les complications possibles ?

L’apparition d’un hématome post-opératoire, d’une infection, d’une algodystrophie ou encore la section accidentelle du nerf médian sont des complications possibles de cette chirurgie.

Après l'intervention

Le pansement post-opératoire est gardé pendant 48h sans le retirer et sans le mouiller.

Dès que l’anesthésie est levée il faut bouger les doigts dans le pansement plusieurs fois par jour. Cette rééducation précoce doit être non douloureuse.

Une fiche sur les consignes post-opératoires vous sera remise lors de votre sortie

La disparition des fourmillements est rapide généralement la semaine qui suit l’intervention. La récupération de la force de la main est un processus plus long pouvant prendre plusieurs mois.

Un arrêt de travail de 15 jours est nécessaire afin de laisser la plaie cicatriser. A 15 jours les points de suture sont retirés.

Des douleurs initiales au niveau du talon de la main lors de l’appui ou du serrage sont classiques et disparaissent dans le temps.

Questions fréquentes

Le canal carpien peut-il être pris en charge comme maladie professionnelle ?

Oui dans certains cas, la prise en charge en maladie professionnelle est possible. Il faut alors se rapprocher du médecin traitant afin qu’il constitue un dossier pour une déclaration en maladie professionnelle.

Faut-il se faire opérer systématiquement lors d’un syndrome du canal carpien ?

Oui dans certains cas, la prise en charge en maladie professionnelle est possible. Il faut alors se rapprocher du médecin traitant afin qu’il constitue un dossier pour une déclaration en maladie professionnelle.

Après la chirurgie, récupère t-on de suite une main fonctionnelle et indolore ?

La décompression d’un nerf n’est pas un phénomène immédiat. Ce n’est pas aussi simple que passer du bouton off au bouton on. En effet un nerf qui souffre depuis des années va mettre plusieurs mois avant de récupérer tout son potentiel à condition qu’il n’est pas déjà des dégâts irréversibles du à une compression trop ancienne. Il faut savoir être patient et bien se rééduquer.

Pourquoi pour moi la récupération est longue, alors qu’elle a été rapide pour mon ami ?

La récupération est fonction de plusieurs paramètres : l’ancienneté de la compression du nerf et surtout la sévérité de la compression. Les patients ayant une compression ancienne avec des signes de sévérité à l’électromyogramme mettront plus de temps à récupérer et nécessiteront une rééducation plus longue.

Pourquoi les signes cliniques sont-ils présents essentiellement en début ou en fin de nuit ?

Dans notre corps, l’évacuation de l’eau qui s’accumule dans les tissus (œdème) se fait par le fait que nos membres et articulations bougent. Ainsi quand on s’endort, la main et les doigts ne bougent plus, l’œdème augmente dans les tissus ce qui entraine une augmentation de la pression sur le nerf et l’apparition des signes cliniques. Le fait de secouer la main ou encore de diminuer la pression en posant la main au bord du lit diminue ce phénomène.

Peut-on avoir encore des fourmillements après l’intervention ?

Chez certaines personnes, la compression des nerfs ne se fait pas seulement au niveau du canal carpien. En effet on peut présenter une compression des racines nerveuses qui elles ne sont pas traiter par l’intervention du canal carpien.  On appelle ça en terme médical un « double crush » ou atteinte double du nerf. Il faut alors pour traiter complètement le problème levée l’autre zone de souffrance du nerf.

Votre chirurgien vous prescrira des examens et vous orientera vers un chirurgien de la colonne vertébrale ou un radiologue interventionnel pour vous proposer un traitement.