logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

Dans cet article nous traiton de l’utilisation de la Hyaluronidase dans la prise en charge des complications des fillers injectés dans la face : étude clinique et technique d’injection

La hyaluronidase est une endoglycosidase capable de dégrader l’acide hyaluronique. Elle est particulièrement utilisée en médecine pour augmenter la diffusion des produits injectés à son contact. Les accidents d’injection graves liés à l’acide hyaluronique sur le visage correspondent à une injection-intra-vasculaire avec embolisation dans la circulation capillaire terminale où il n’existe pas de possibilité de suppléance vasculaire. Les études s’étant intéressées à la hyaluronidase dans le cadre de la prise en charge des injections inappropriées de fillers ont été réalisées sur des tissus cadavériques ou sur des modèles animaux dont les propriétés sont différentes des vaisseaux humains.

Nous avons étudiés directement sur 3 pièces fraiches d’abdominoplastie disséqués comme un DIEP l’action de la hyaluronidase après avoir simulé une injection intravasculaire d’un filler marqué au bleu. L’efficacité de la hyaluronidase était mesurée à différents temps sur des vaisseaux de différents calibres et sur des fillers avec une réticulation différente avec ou sans lidocaïne. L’efficacité du traitement était jugée sous microscopie électronique par la présence ou non d’un caillot d’acide hyaluronique résiduel après ouverture de l’artère.

La hyaluronidase présente une efficacité maximum sur les vaisseaux de petit calibre. L’injection de haute dose de hyaluronidase au contact d’une artère du calibre de l’artère faciale ou supratrochléaire n’a pas montré de passage significatif de cette dernière à travers la paroi-artérielle.

L’utilisation de la hyaluronidase semble être un traitement efficace des complications liés aux fillers et notamment dans le cadre d’accident d’injection avec embolisation intra-artérielle. Cette injection doit être réalisée par de multiples points à différentes profondeurs avec de faibles doses de hyaluronidase sur la zone de blanchiment dans les 6h suivant l’accident d’injection. L’injection intraveineuse de hyaluronidase pourrait être particulièrement intéressante dans les cas d’accidents avec atteinte visuelle mais doit être pondéré par le risque de réaction allergique.