logo

À la recherche de l'excellence chirurgicale...

L’été et le port du maillot de bain étant là, les fesses sont à l’honneur dans ce nouvel article.

La chirurgie esthétique des fesses a pour objectif d’améliorer la forme et le volume des fesses.

L’apport de la liposuccion a permis de repenser le concept de la chirurgie de la fesse :

⇒le retrait des zones de gras en excès va pouvoir véritablement sculpter la forme des fesses et les régions autour (hanches, culotte de cheval, cuisses…) alors que le gras récupéré va pouvoir être réinjecté pour augmenter le volume et combler les zones dans lesquelles ce volume est manquant.

Perdre du poids, redessiner la silhouette et réinjecter un tissu naturel qui va se comporter comme une greffe pour donner un aspect et un toucher naturels, que demander de plus !

On note, ces dernières années, une demande croissante des patientes pour la chirurgie esthétique des fesses et notamment pour la liposculpture qui, comparativement à la pose d’un implant fessier,

-présente moins de complications 

-permet une amélioration esthétique plus globale et plus naturelle.

Par ailleurs, nous le verrons à la fin de l’article, il existe des mesures non chirurgicales qui permettent d’améliorer et d’entretenir de jolies fesses.

L’examen clinique de la fesse

Tout d’abord, il est important d’apprécier la qualité de la peau par son élasticité, c’est à dire par sa capacité à revenir à son état antérieur. Cela est primordial pour juger de l’efficacité de la liposuccion et de la réinjection de graisse.

On apprécie également le pinch ou épaisseur de la peau, signe de sa qualité et de sa fermeté, importante pour adapter le geste chirurgical. On recherche un excès de peau qui pourra nécessiter une adaptation de la technique.

On recherche également la présence de vergeturescapitons, signes de variations de poids passées ou de peau abimée par l’âge ou le soleil.

La  fesse s’examine de face, de profil et de trois-quarts.

On peut diviser la fesse en plusieurs zones afin de mieux apprécier celles qui sont à corriger lors du planning chirurgical.

La lipoaspiration de certaines zones et au contraire la réinjection d’autres zones vont permettre de redessiner naturellement la fesse.

Neuf zones peuvent être individualisées:

la zone 1 : zone du triangle au-dessus du pli des fesses, cette région doit être aspirée pour donner l’aspect des fossettes au-dessus de chaque fesse.

la zone 2 : zone dorsale latérale, elle doit être bien aspirée pour donner une ligne harmonieuse avec les hanches.

la zone 3 : zone des hanches, appelée « poignées d’amour ». Cette zone doit être bien lipoaspirée pour donner la cassure et la délimitation de la fesse.

la zone 4 : zone dorsale médiane qui est en continuité avec la zone 2.

la zone 5 : zone de la culotte de cheval. Cette zone doit être bien lipoaspirée pour donner la convexité et l’harmonie du bas de la fesse.

la zone 6 : zone centrale de la fesse qui donne la projection de celle-ci. Cette zone peut nécessiter d’être injectée pour redonner le volume et la projection manquante.

la zone 7 : zone de la face postérieure et interne des cuisses. Elle doit être lipoaspirée pour bien marquer le contour de la partie inférieure de la fesse.

la zone 8 : zone latérale et supérieure de la fesse où l’on doit retrouver la petite dépression glutéale. C’est donc une zone qui est non injectée en gras.

la zone 9 : zone de la face postérieure de la cuisse. Elle doit être lipoaspirée pour bien marquer la partie inférieure de la fesse de profil.

la zone NML : appelée zone de « No Man’s Land » ou encore zone à ne pas toucher pour ne pas déstructurer la fesse.

Le rapport taille/hanche est un élément d’analyse, plus ce ratio est bas, plus il existe une dysharmonie entre la taille et la fesse.

De profil et de trois-quarts, on apprécie la projection de la fesse, qui doit marquer une cambrure avec le bas du dos, et être en harmonie avec le corps de la patiente.

On recherche la présence d’une chute de la fesse, encore appelée ptose, par rapport à la ligne du sillon sous-fessier.

Tous ces éléments de l’examen clinique vont permettre de proposer la technique la plus adaptée à la demande de la patiente. La réalisation de photos est importante pour mesurer et établir un planning de l’intervention.

Le planning chirurgical

Lorsque je réalise une chirurgie esthétique des fesses, je pratique toujours des photos de face et de profil afin de pouvoir travailler la fesse avant l’intervention. En me basant sur les différentes zones de la fesse, je fais un plan de l’intervention : zones à liposucer, zones à réinjecter, projection de la fesse, répartition du volume afin de cibler mes zones de réinjection. Cette démarche permet d’optimiser le temps opératoire et d’avoir un geste précis pour obtenir le meilleur résultat.

Planning pré-opératoire: Les flèches rouges indiquent les zones en excès à aspirer. Les flèches vertes indiquent les zones de réinjection. De profil on apprécie le point de projection maximal.

La forme de la fesse s’apprécie en regardant les fesses de derrière.Il faut tracer la ligne qui dessine la courbure latérale et qui est définie par la réunion de 3 points:

⇒Point C : correspondant au relief osseux supérieur de la crête iliaque

⇒Point T : correspondant au relief osseux latéral d’une partie du fémur appelé grand trochanter

⇒Point U : point de projection latérale maximale de la fesse, au milieu des deux derniers points.

Les critères esthétiques de la fesse

La beauté n’est pas universelle et chacun en a sa propre vision.

J’insiste sur le fait que la description suivante décrit des critères esthétiques de fesses « caucasiennes » idéales. En fonction de la culture ou des goûts, d’autres critères peuvent être pris en compte et être appréciés.

Encore une fois ces valeurs ne sont pas des vérités et certaines femmes préféreront avoir un aspect de fesses plus larges.

Cependant, dans les critères esthétiques dit de « beauté » de la fesse, voilà ce qu’on peut retenir :

Le sillon sous-fessier ne doit pas faire de plis mais doit créer un effet de continuité entre la fesse et la face postérieure de la cuisse. Cela implique une bonne qualité de peau, avec une bonne élasticité et une bonne répartition du volume sur la partie supérieure des fesses.

Une forme de fesses rondes ou en en forme de A adouci.

Une répartition du volume donnant la projection essentiellement sur la moitié supérieure de la fesse.

Il faut un rapport en pourcentage de 60/40 entre la moitié inférieure et la partie supérieure de la fesse à partir du point de projection maximale de la fesse.

La présence d’une fossette supérieure au point de cambrure.

Un ratio taille/hanche compris entre 0,65 et 0,75.

Classification de la forme des fesses

On distingue ainsi 4 formes de fesses :

 La forme carrée : forme de fesses la moins désirée à cause d’un excès de hanches et de la culotte de cheval.

La forme en A : souvent considérée comme la forme de fesses la plus harmonieuse.

La forme ronde ou en cœur inversé : la fesse présente une forme arrondie sans excès sur les hanches ou la culotte de cheval. Cependant cette forme ne doit pas être trop marquée en transversal pour ne pas donner un aspect de fesses trop larges.

La forme en V : forme de fesses la moins attractive et donnant un aspect de fesses trop larges et disharmonieuses.

La liposculpture des fesses

Il s’agit actuellement de la technique privilégiée de la chirurgie esthétique des fesses. Elle est connue également sous le nom de Brazilian butt lift.

Celle-ci se base  sur la lipoaspiration des zones graisseuses en excès (culotte de cheval, hanches, face interne des genoux, face interne et postérieure des cuisses…) associée à la greffe de tissus adipeux dans la fesse et des zones en dépression afin de rendre le résultat homogène.

C’est donc une technique naturelle qui ne fait appel à aucun corps étranger.

La chirurgie débute par une lipoaspiration, la patiente est positionnée sur le dos puis elle est retournée sur le ventre. Une lipoaspiration des zones en excès est réalisée puis une liposuccion de la partie basse du dos, pour bien marquer la cambrure.

Toute la graisse récupérée est « préparée » pour éliminer le sang et l’huile afin de ne garder que les cellules graisseuses purifiées.

Cette graisse est ensuite réinjectée dans les zones de la fesse vues précédemment. Etant donné qu’il s’agit d’une greffe, une partie des cellules graisseuses greffées va se résorber. (Environ 30%)

Le résultat final est apprécié entre le 3e et 6e mois après l’intervention.

Même les patientes minces peuvent bénéficier de cette technique qui va sculpter la fesse grâce à la liposuccion et le gras récupéré, même en quantité moyenne, sera proportionné au gabarit de la patiente.

La pose de prothèses de fesses

Le principe est identique à une augmentation du volume des seins par prothèses, il s’agit de venir introduire une prothèse en silicone dans l’aponévrose ou dans le muscle grand fessier lui-même, afin de donner du volume à la fesse et de retendre la peau. L’avantage est de pouvoir donner un volume important avec un résultat immédiat.

Les désavantages sont la mise en place d’un corps étranger et la nécessité de changement de l’implant à terme avec une distension de la peau.

Pour ma part, je ne pratique pas cette chirurgie car les patientes ayant des prothèses de fesses rapportent souvent une sensation de gêne en position assise notamment car elles « sentent » l’implant.

Par ailleurs, je pense que la liposculpture de fesse permet d’améliorer sensiblement l’esthétique de la fesse en utilisant un tissu naturel : le gras.

Le lifting de la fesse

Il ne peut s’adresser qu’à des patientes ayant un excès de peau important à cause d’une grosse perte de poids, ou à des patientes présentant un vieillissement significatif de la peau avec une chute importante de la peau des fesses.

Ces demandes ne sont pas les plus fréquentes et sont presque toujours associées à un lipofilling des fesses.

Le lifting supérieur de la fesse : la cicatrice est cachée dans la partie supérieure de la culotte et permet de « lifter » la fesse dans son ensemble. Elle peut être réalisée lors d’une intervention de bodylifting et on peut réaliser un lambeau graisseux pour redonner du volume sur la partie supérieure de la fesse.

Le lifting inférieur de la fesse : la cicatrice est dans le sillon sous-fessier et s’adresse à des cas de descente du sillon (ptose) ou de relâchements de la partie basse de la fesse. La peau en excès est alors retirée et la cicatrice est située dans le sillon sous-fessier.

Prendre soin de ses fesses sans faire appel à la chirurgie

Mise à part la chirurgie ou en complément de celle-ci, plusieurs petites astuces permettent d’améliorer l’aspect de vos fesses :

Muscler vos fessiers : squat, squat jump… donneront du volume à vos fesses. La natation est un très bon sport pour entretenir son fessier. Le yoga est un excellent exercice permettant de travailler la cambrure.

Hydrater et masser la peau des fesses tous les jours (lait hydratant corps) pour garder une jolie peau et limiter les capitons.

Avoir une bonne posture et une belle cambrure qui met en avant votre fessier. Les danseuses du Crazy Horse le savent : il ne faut pas pousser les fesses vers l’arrière mais tourner le fémur légèrement vers l’extérieur, bien aligner sa colonne vertébrale et rentrer les lombaires pour que les fesses restent hautes.

Le port de vêtements effet « push up » qui affinent hanches et ventre et lissent la peau des fesses pour une silhouette on ne peut plus harmonieuse. Mettez en valeur la fesse en utilisant des sous-vêtements épousant la forme interne des fesses.

La mésothérapie au micro needling pour diminuer l’aspect des vergetures.

Aspect post-opératoire immédiat d'un Brazilian Butt Lift. Vous pouvez voir les pansements plans corresponds aux incisions de quelques millimètres réalisées pour l'intervention

L’intervention de liposculpture des fesses en résumé

Durée intervention : 2h-3h

Anesthésie générale, 1 nuit d’hospitalisation

Prélèvement de la graisse d’abord patiente sur le dos, puis patiente sur le ventre

Liposuccion des zones en excès afin de mieux définir la fesse

Récupération du gras, préparation et réinjection dans les zones déficientes

Convalescence : 10-15 jours

Fréquence des bleus après l’intervention

Résultat dès 2-3 mois, définitif à 6 mois

Port d’une gaine spécifique pendant 1 mois

Pas d’activités sportives pendant 21 jours

FAQ: foire aux questions

Quand se faire opérer ?

Il n’y a pas véritablement d’âge ou de période idéale. Dès lors que les fesses constituent un complexe, il ne faut pas hésiter à consulter pour avoir un avis spécialisé.

Le poids

Il est important d’avoir une certaine stabilité pondérale. En effet si la patiente envisage une grossesse dans un futur proche, il vaut mieux attendre la survenue de la grossesse.

De même il ne faut pas envisager cette chirurgie avant ou pendant la réalisation d’un régime.

Dans les mois suivant l’intervention, une petite perte de 2-3 kg permet d’optimiser le résultat.

Le prix

Il dépend du nombre de zones à aspirer et du temps d’intervention. La fourchette de prix varie entre 4000 et 5000 euros en fonction de la complexité et du temps d’intervention.

Mon expérience du tissu gras

Depuis le début de mes études je m’intéresse à l ‘étude du tissu graisseux. Je suis titulaire d’un Master 2 ayant porté sur l’étude moléculaire des gênes des cellules graisseuses et de leurs cellules souches. (Cartographie moléculaire du tissu adipeux humain: Application à la chirurgie reconstructrice; perspectives. (Laboratoire cellules souches et différentiation, IBV, UMR7277 CNRS – UMR1091 INSERM). J’ai publié dans le Plastic and Reconstructive Journal (revue de chirurgie plastique la plus reconnue au monde) un article original sur l’étude des compartiments graisseux utilisés en chirurgie plastique. Je poursuis actuellement mes travaux avec un nouvel article et des études en cours.